Rechercher dans le site
Retour au dossier de press MTPS
Minage,Travaux Publics et Spéciaux

Canicule

De bonnes conditions de travail pour les entreprises de travaux publics de Saint-Flour

 

 

Les ouvriers de l'entreprise du Tarn « MTPS » ont des bouteilles d'eau à volonté. Agence SAINT FLOUR

Les ouvriers de l’entreprise du Tarn « MTPS » ont des bouteilles d’eau à volonté. Agence SAINT FLOUR

 

Sur le chantier du contournement de Saint-Flour, où l’on n’a pas encore dépassé des températures dites de canicule, pas de dispositions particulières pour les ouvriers. Car, si tous ont chaud, la plupart d’entre eux bénéficient toutefois de conditions de travail confortables avec des engins climatisés et de l’eau à volonté.

Parmi les salariés traditionnellement exposés à des températures extrêmes, que ce soit en été comme en hiver, on compte les ouvriers des entreprises de travaux publics. Et depuis le début de cette semaine, annoncée comme caniculaire mais pas encore déclarée comme telle à Saint-Flour, une soixantaine d’agents de NGE Terrassement, NGE Génie civil, Marquet et MTPS sont à pied d’œuvre sur le chantier du contournement de cité du Vent. La plupart d’entre eux au volant de tombereaux, bulldozers, pelles et autres niveleuses. Des engins de chantier, « tous équipés de clim », précise Jean-Marc Miraud, directeur de projet de la société Planèze RD 926, qui rappelle également que « des gourdes isothermes ont été fournies, l’année dernière déjà, à toutes les équipes ».

Pas de bouteille en plastique donc chez NGE, dans un souci purement écologique, « car après on retrouve toutes les bouteilles vides sur le chantier », explique-t-il.

32°C à l’extérieur

La température dans les engins y est donc très agréable et offre un certain confort à ses conducteurs. À l’image de Wilfried, qui, bien que muni de sa bouteille de jus d’orange, calée dans l’habitacle du camion, s’avoue satisfait. « On n’a pas à se plaindre, par rapport à ceux qui sont dehors ». Et pour être montée quelques minutes avec lui lors d’une rotation, je confirme qu’on ne ressent absolument pas les 32°C affichés sur son tableau de bord.

Patrick Mallet, conducteur de travaux pour NGE, explique d’ailleurs que « les gars sont souvent plus contents d’être dans leur machine au frais que chez eux où il fait très chaud ». D’où le maintien, pour le moment, des horaires de travail (8 heures-12 heures ; 13 h 30-18 heures).

Mais tous ne disposent toutefois pas d’une cabine climatisée et doivent travailler dehors. Comme Adelin, de l’entreprise MTPS, qui, s’il confie « avoir l’habitude de travailler avec cette chaleur », ne se fait pas prier pour boire 3 litres d’eau par jour « minimum ». De l’eau toujours fraîche, stockée dans un garage où NGE a installé ses bureaux depuis le lancement du chantier, et que Gaëtan Panisse, le chef de chantier de la société, apporte à ses ouvriers à la demande. « On a une base de vie avec des frigos et des packs d’eau à disposition et à volonté, confirme-t-il. Mais, on a connu pire. Ici, ça va. Ce sont des températures qu’on a régulièrement l’été », nuance-t-il.

Différence entre le jour et la nuit 

Si les températures quotidiennes sont élevées depuis lundi, mais ne dépassent pas les 20° la nuit, cela permet de bénéficier d’un sommeil réparateur. Si elles devaient augmenter au fil de la semaine, ou de la semaine prochaine, les équipes de NGE pourraient alors prendre de nouvelles mesures, et notamment aménager les horaires pour commencer à 6 heures et terminer à 14 heures. Mais, selon Jean-Marc Miraud qui observe à la loupe les prévisions météorologiques, « la température pourrait avoisiner les 38° demain mais redescendre à 19° la nuit et passer en dessous des 15° les nuits suivantes ».

Isabelle Barnérias
La Montagne – Le 25/06/2019 à 19h11

Copyright © 2020 MTPS - Création site web : CAPLASER